tout quitter pour faire le tour du monde
Tour du monde

A 31 ans, je quitte tout pour faire un tour du monde solo !

Et voila, après un long moment de réflexion et pleins de péripéties dans ma vie, j’ai pris une décision fin 2021 : tout quitter pour faire un tour du monde en solo. Mon CDI, mon appartement parisien, mes amis, ma famille… en gros ma vie bien confortable.

Mais quel projet fou vous allez me dire ! Et j’en suis consciente. Beaucoup m’ont félicité du courage que j’ai eu de prendre cette décision, et franchement ils n’ont pas tord. Cela n’est pas un choix simple. Nombreux sont ceux qui rêvent de partir en tour du monde mais ne le font jamais. Dû principalement à des éléments limitants comme : la famille, les enfants, la peur de quitter un travail, pas les moyens, des pensées limitantes… mais mon avis est : QUAND ON VEUT, ON PEUT. De mon côté j’ai tout mis en œuvre en amont pour que cela soit possible et bien sûr il faut aussi avoir l’état d’esprit qui va avec.

Pour l’instant, je ne sais pas encore ce que cette aventure me réserve, quand je reviendrais, ni ce que je ferai après, mais pour sure cette aventure va changer ma vie et me changer.

Quel a été le déclic ?

Ma santé

Je suis une grande voyageuse dans l’âme depuis petite, c’est bien pour ca que j’ai crée le blog d’ailleurs, pour vous partager mes voyages, astuces etc… mais surtout en 2020 mon corps m’a envoyé de grosses alertes de santé et j’ai découvert que j’avais une maladie intestinale qui impactait tout mon physique, mon énergie, ma santé mentale… cette maladie c’est la candidose (d’où mes recettes sans gluten, sans lactose et sans sucre sur le blog). Pour me soigner, j’ai du voir une naturopathe qui m’a dit qu’en dehors du régime il fallait que je fasse du Yoga, réduise mon stresse et que soit plus en contact avec la nature (en plus de faire du sport).

Et clairement cela m’a fait me rendre compte que mon mode de vie n’allait plus du tout : toujours à vivre à 100 à l’heure, à enchainer entre les soirées / restau / bar, le stresse du boulot, jamais me reposer et prendre du temps pour moi.

Inconsciemment je fuyais régulièrement ma vie parisienne : toujours en vadrouille le week-end et des envies de voyages. En 2021 je me suis rendue compte de l’importance que la nature, la mer et le soleil avait sur ma santé et mon énergie. Dès que je revenais sur Paris, le stresse revenait en moi.

Les voyages et le télétravail

2021 a été le vrai déclic : entre mon voyage à Zanzibar et quelques semaines sur la côte d’azur où j’ai pu y télétravailler, je me suis dis que l’environnement de travail changeait tellement tout. « Qu’est ce que je fais dans mon rdc parisien de 27m2 pas lumineux ? » . Dans le train en rentrant de la côte d’azur je me suis dis : « je veux venir vivre ici » ! C’est l’endroit en France où je me sens bien, je ne sais pas comment l’expliquer. L’air marin, le soleil, la Méditerranée…

A partir de là mon projet était d’aller vivre dans le sud est de la France. J’ai donc demandé à mon travail s’il était possible de faire du télétravail dans le sud et remonter toutes les 3 semaines, mais cela a été refusé. J’ai tenté une rupture conventionnelle, mais également refusée. PS : j’étais tracking manager dans une agence média sur Paris.

Si la demande de TT était refusée et que je devais quitter mon job, je m’étais dis : c’est le moment de partir voyager. Et de là, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai posé ma démission pour partir vivre une nouvelle vie !

Tout quitter pour faire un tour du monde : appartement, CDI, amis / famille…

C’était pas simple comme décision, en posant ma démission je quittais tout mon confort de vie parisien avec aucune idée de ce que j’allais faire à mon retour du tour du monde.

Le jour de donner ma lettre de démission je me suis dis « mais tu fais quoi là Aurélie, t’es folle! » car c’était enfin un job qui me plaisait et l’entreprise aussi. Mais je sentais au fond de moi que j’avais besoin de changement et que c’était le bon moment : je n’en pouvais plus de cette vie parisienne, j’avais besoin de liberté, de nature, de me poser, réfléchir à ce que je veux vraiment. Etant célibataire et sans enfant à 31 ans, pour moi c’était le moment parfait de partir à l’aventure sans contrainte.

Mais il fallait faire face aux remarques décourageantes des proches : « Mais tu vas faire quoi en rentrant? » « Tout quitter pour faire un tour du monde, c’est quoi cette lubie? », « Ca va te faire un trou dans ton CV ! », « Mais t’as pas peur de partir seule ? », « Mais tu vas faire comment pour payer tout ça ? » « Fait attention avec toutes les maladies, il n’y a pas d’hôpital partout en Asie… » Et la liste est encore longue 😅

Malgré tout cela, j’ai repensé aux livres de développement personnel que j’ai lu cette année qui me disaient de vivre ma vie et ne pas la rêver, oser se lancer, ne pas être contrainte par nos pensées limitantes… Etant une battante et personne positive, j’ai finalement posée ma démission. Avec une grande excitation en m’imaginant la vie qui m’attendait dans 3 mois !

Comment financer son tour du monde?

Economiser ou travailler sur place

Personnellement j’ai la chance d’avoir des parents qui m’ont toujours donné la valeur de l’argent et j’ai appris à économiser depuis mes études. Je suis une personne qui vie bien sa vie. Mes dépenses sont principalement dans les voyages, week-end, et restaurants (les choses qui me rendent heureuse et épanouie). Je ne suis pas du genre à dépenser 200€ d’alcool en boite, m’acheter le dernier Iphone à 1 300€, acheter un sac Louis Vuitton… Je me fais des gros kiff de temps en temps bien sûr mais bien réfléchis.

Depuis 2 ans je suis plutôt dans un mode de vie minimaliste et éco-responsable : je n’achète quasiment plus d’habits/chaussures/sacs, sauf quand c’est utile j’achète sur Le Bon Coin, Vinted… et je peux vous dire que cela fait faire de sacrées économies et en plus notre planète nous remercie 🌎

Egalement depuis que le covid est arrivé, on a dû adapter nos modes de vies. Pour ma part c’est moins de sorties et moins de voyages, ce qui signifie plus d’économies chaque mois.

De plus, j’ai investi dans l’immobilier en 2016. J’ai acheté l’appartement dans lequel je vis sur Paris et je suis en train de le revendre. Donc je vais récupérer la plus-value et une partie de mon prêt a déjà été remboursé (plutôt que mis dans un loyer). Investissez donc dans l’immobilier dès que vous pouvez ! Que ce soit pour vous ou un investissement locatif. Si vous avez un CDI, foncez prendre un prêt, et après quand vous voudrez partir : soit vous le revendez (mais minimum 3 ans après) ou mettez-le en location. Sinon j’investi sur bricks, une belle opportunité quand on y connait rien en immo et on peut commencer à investir dès 10€. Merci l’émission Capital pour la découverte.

Pour mon tour du monde je pars donc avec mes économies réalisées depuis plusieurs années + l’argent de la revente de mon appartement.

Mes conseils pour financer son TDM

L’anticipation ! Et comme je disais plus haut, quand on veut, on peut. Mettez de côté dès que vous pouvez, repriorisez vos dépenses en vous demandant à chaque fois « Est-ce que j’ai vraiment besoin de ça? » et mettez tout en œuvre pour que cela fonctionne. Quitte à devoir trouver un petit job complémentaire si vous avez de faibles revenus. Et l’option 2 est de partir avec un petit budget et travailler durant son TDM (par ex via un PVT) ou avoir des logements gratuits contre services ( Workaway, HelpX ou Wwoofing).

Après, une fois sur place il y a toujours moyen de faire des économies en dormant chez l’habitant, se faisant à manger

Partir en solo, un défi

Ce TDM sera un voyage solo en mode backpack. Clairement il y a 2 ans et demi cela aurait été ma pire angoisse ! J’avais peur de la solitude. Mais depuis, cela a bien changé. Suite à une rupture amoureuse, j’ai dû y faire face. Cela n’était pas simple puis j’ai commencé à m’y faire et là la covid est arrivé, donc encore moins le choix 😆.

Puis j’ai commencé des voyages solo : en septembre 2020 par un week-end à Marseille. J’ai enchainé en 2021 avec quelques vacances et week-ends solo. Tous ces moments m’ont appris à m’accepter seule et me rendre compte que finalement c’était agréable. On peut faire ce que l’on veut, quand on veut. Pas besoin d’imposer ses envies à quelqu’un ou s’adapter. C’est le moment de retrouver et apprendre à se connaitre. Et au final je n’étais jamais vraiment seule. Toujours entourée : par d’autres voyageurs, des rencontres Instagram, mes hôtes… des rencontres que je n’aurais surement pas approfondies si j’avais voyagée accompagné je pense. Et finalement, voyager seule à un équilibre qui me plait bien. Qui l’eût cru ?

Mais partir en tour du monde solo, en Asie surtout, reste un vrai challenge pour moi. Il reste la peur de se retrouver seule dans une rue, avec des personnes mal intentionnées par exemple, ou se faire arnaquer. Mais c’est comme partout il faut écouter ses intuitions, se dire qu’on va s’en sortir et qu’on en est capable. Beaucoup de copines solo backpackeuses m’ont réconfortées sur ce point et tout devrait bien se passer 🤞. Il y aussi le fait de ne pas pouvoir partager avec l’autres parfois mais bon ca fait parti de l’aventure. Je donnerais des nouvelles en live sur Instagram et vous ferais un compte rendu la dessus à la fin de mon TDM.

Et l’éco-responsabilité dans tout ca ?

Ceux qui me suivent sur Instagram savent que depuis 2 ans j’essaye de changer mon mode de vie pour un qui est plus éco-responsable. Et vous savez bien que l’un des plus gros point noir des émissions carbones est l’avion et le transport. C’est pour ca que depuis 1 an j’ai voyagé qu’une seule fois en dehors de la France et après cela remonte à il y a 2 ans. J’essayais ces derniers temps de découvrir notre belle France en train. Mais pour un tour du monde il va falloir prendre l’avion (aie). Je vais tenter de limiter au max mes trajets en avion et privilégier au maximum le train, le bus, la voiture et même à pied quand c’est possible.

Le but est aussi de faire un voyage en mode « slow travel » : rencontrer les communautés locales, profitez des endroits où je suis et prendre mon temps. Je veux tenter de faire un tour du monde éthique et plus responsable.

J’ai compris l’importante de ces valeurs surtout depuis que je suis exploratrice pour Vaolo qui promeut un tourisme en dehors des sentiers battus, responsable et engagé. Lors de mes explorations j’ai pris le temps de rencontrer les hôtes, qu’ils me racontent leur histoire, mais aussi découvrir de superbes expériences locales et des gens adorables qui m’ont énormément enrichis. C’est ce genre de voyage que je veux faire maintenant. Ne plus courir d’un lieu touristique à un autre, ou aller à un spot juste pour la photo Insta. Je veux vivre le voyage et aller hors des sentiers battus !

Alors bien sûr un tour du monde ne peut être bon pour la planète mais je pense que l’on peut déjà voyager chacun de manière plus consciente, en respectant la nature et les communautés locales. Et aussi voyager, nous fait encore plus réaliser qu’il faut qu’on agisse maintenant.

Quel est le plan pour ce tour du monde?

Quelles destinations ?

Je souhaite commencer par l’Inde du sud afin d’y faire une cure ayurvédique dans le Kerala. Un moment pour me ressourcer et finir de soigner ma maladie intestinale afin de démarrer sereinement ce TDM. Puis je vais passer quelques mois en Asie du Sud-est. Les destinations se feront au feeling, selon les conditions covid, la méteo, mes rencontres…

Puis direction, l’Australie, un rêve pour moi depuis des années. Mais je n’avais jamais pu y aller car je souhaitais minimum 3 semaines sur place et c’était compliqué de poser 3 semaines à mon boulot (à part l’été). C’est donc enfin l’occasion, j’ai hâte ! Peut-être la nouvelle Zélande, puis… l’avenir me diras ce que je souhaite faire, quand rentrer et où aller. Peut-être l’Amerique du sud ? La réunion?

Combien de temps ?

Aucune idée ! J’ai pris un billet aller mais sans retour. Je prendrais mes billets et transports au fur et à mesure de mes découvertes et rencontres. Je ne veux pas être contrainte par des billets. Si j’aime un endroit, j’y reste plus longtemps. A l’inverse, si je me sens mal dans un pays ou une ville, cela me laisse l’opportunité d’y partir plus rapidement. On verra ou cela me mène… Surprise !! En tout cas le départ est prévue pour le 21 mars 2022 🤗

Actuellement c’est à fond préparatifs : organiser mon backpack (et c’est pas facile pour faire moins de 12kg), regarder les modalités, vaccins…

Je vais partager tout ca sur mon Instagram si vous voulez me suivre. Et je prévois aussi des lives Insta sur différents sujets : « solo backpackeuse en Asie », « Comment faire son backpack », « 1 an en Australie, l’aventure » etc.

Pour finir cet article, j’ai juste envie de vous dire une chose, je ne regrette en RIEN ma décision et je me sens déjà comme libérée à imaginer mon départ. Maintenant place à l’aventure et ça je ne manquerais pas de vous les partager sur le blog, Instagram et peut-être Youtube (est-ce que je lance ma chaîne? That’s the question) !

Keep posted !

Pour retrouver des idées de week-ends et voyages rdv dans les destinations sur le blog ✈️

Pour faire des économies pour ton voyage, rdv dans mes bons plans !

Envie de partager cet article ? C'est ici

4 commentaires

Des commentaires ? Questions?